HAUTEVILLE Auch

HAUTEVILLE Auch

Balade vinotouristique Sud-Ouest

maintenant appelé NOUVELLE AQUITAINE

 Extrait du roman LE CERCLE DIVIN

Auteur Thierry Tougne

Le Gers

 Qui m’aurait dit qu’aujourd’hui je serais si près de tout par ce seul voyage qui ramène à l’essentiel : la mémoire, on ne prend presque plus le temps de prendre le temps, trop occupé à lui courir après et toutes les raisons sont bonnes : le travail, l’argent et la performance. Parfois on a besoin, à travers les antidépresseurs, de se vider la tête, de se ressourcer alors on part à l’autre bout du monde pour se rapprocher de soi.

 Je me souviens de ces ballades dans ce département français au milieu du Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. De ces parties de pêches sur cette rivière qui donna son nom à ce coin de pays : le Gers. Difficile de ne pas me rappeler ces paysages vallonnés aux portes de mes Hautes-Pyrénées natales. J’ai bien en mémoire encore les Auch, Condom, Mirande et Cologne, ces villes principales du Gers qui m’accueillirent. Mais voilà, en ces temps-là, je courais derrière le temps et je n’ai pas su vivre tous ces instants-là, pas su profiter de la formidable hospitalité des Gersois.

 Le Gers c’est le fief de la Gascogne, le pays de d’Artagnan, le bon vivre et le… mium mium… le bon manger. Oui c’est le foie gras, le confit de canard et le Pastis gascon (ce succulent dessert feuilleté aux pommes nappé d’Armagnac). N’en déplaise aux végétariens, végétaliens ou aux autres anti-avant : ceci est notre culture. Profitons-en donc encore une dernière fois… promis demain on fait attention à nos artères, nos foies et nos animaux. S’il faut bannir de nos vies ce patrimoine culinaire gersois, faut-il oublier aussi les Bastides de Castelnaux et Cologne, la Cathédrale d’Auch et la ville fortifiée de Lectoure, véritables emblèmes culturels et historiques du Gers?

 Allez visiter le Gers et ramenez-moi ce temps que je n’ai pas su prendre. Venez me raconter le Gers.

 Commencez donc votre balade à Noulens, au Domaine de Maubet. Découvrez comment ce vignoble familial travaille ses vins. De formidables Côtes-de-Gascogne bien équilibrées grâce à son cépage de caractère : le Gros Marseng. Mais surtout «vous tomberez en amour» comme on dit au Québec avec leur Armagnac. Tout y est moderne, de la culture de type développement durable avec ses pièges à insectes et ses ruches jusqu’aux bouteilles cognaçaises qui reçoivent les liquides. Vous pourrez vous promener dans la vigne et Nadège et son frère, Sylvain, les dynamiques propriétaires vous offriront le gîte pour 10 personnes (5 chambres) avec vue sur les vignes pour terminer votre séjour au Domaine de Maubet.

 Vous devriez ensuite prendre rendez-vous avec Plaimont Producteur, à Sarragachies. Et ne vous rendez pas là sans être attendus vous risqueriez de vous river le nez, car c’est un endroit spécial classé monument historique. Figurez-vous qu’on a replanté à cet endroit 600 ceps de vigne et qu’on y travaille comme avant l’époque du phylloxéra (puceron qui a ravagé la vigne en 1870). Vous serez estomaqués de voir comment avec «l’autre fois» on peut faire briller la typicité des vins de Saint-Mont.

 Maintenant que vous aurez compris toutes les subtilités de cette appellation Saint-Mont, pourquoi ne pas vous rendre à un endroit mythique du village : le Château Sabazan. Saviez-vous que c’était l’endroit favori du roi Henri IV pour ses chasses? Depuis une vingtaine d’année, c’est la Coop de Saint-Mont qui gère le Château. L’encépagement est composé de 80% du cépage le plus caractéristique du Sud-Ouest : le Tannat. Allez suivre les traces d’Henri IV dans les bois à travers les deux sentiers pédestres qu’a aménagé la Coop et je vous le promets vous vous sentirez tout aussi majestueux que ces arbres et ses bosquets merveilleusement fleuris. Et si vous avez peur d’avoir manqué quelque chose du Château Sabazan, si le temps vous presse, bien rendez-vous au sommet du clocher de l’Église vous vous rendrez compte en un instant du panorama du vignoble de Saint-Mont.

 En haut de l’église si vous avez poussé votre regard au-delà des yeux, au creux de votre âme, vous devinerez l’essence même du Gers : l’Armagnac et le Floc de Gascogne. Le Vignoble Lesgourgues est une des maisons les plus imposantes d’Armagnac : 120 ha en un seul tenant. Le Château détient 70 millésimes, notamment l’extraordinaire Intemporel no 5, un Armagnac hors d’âge résultant de 30 eaux de vies issues du cépage Baco (tiens tiens un cépage utilisé au Québec) une boisson exotique rappelant les fruits secs. La Maison de Bas-Armgnac est aussi très impliquée socialement et culturellement. Vous pourrez découvrir outre les sculptures agrémentant le parc du Château, une chapelle au cœur du lieu et un musée de vieux outils viticoles et agricoles. Prenez le temps de visiter la distillerie, les chais de vieillissement, mais surtout «peuchère» (tiens un peu de patois du sud-ouest) dégustez les : Flocs de Gascogne et Armagnac de Laubade.

 Pour bien manger dans le Gers :

  • La Baquère: village Préneron
    • Auberge de campagne avec cuisine régionale et une carte des vins fournie de quelques 60 vins, uniquement du sud-ouest.

Pour bien se reposer dans le Gers :

  • Gîte Ligardes: village Sorbets
    • Un endroit familial pour 6 personnes avec piscine. Vue panoramique sur les Pyrénées.
  • Monastère de Saint-Mont
    • 10 chambres meublées à l’ancienne avec piscine et vue sur la campagne de Saint-Mont.

 

Voilà maintenant que vous avez nourri votre mémoire de tous ces souvenirs du Gers, j’espère que vous trouverez un peu de temps pour venir me les partager, car on n’est jamais si près de soi que loin de chez soi!

 Prochaine visite : le Bordelais