Hospices-de-Beaune-1 Les Hospices de Beaune

Un don du ciel… un don du cœur

À une heure de Paris et autant de Lyon, le cœur de la France, la Bourgogne. On peut sentir à travers son vin, toutes les richesses de ce lieu. La rudesse de ses coteaux, si précieuse à ses grands crus et cet insolent gel printanier, si révélateur à Chablis.

 Quiconque trempera ses lèvres dans ce mythique Chablis ou cet ensorcelant Clos de Vougeot plongera un instant au cœur de la béatitude. Un voyage où on regarde en soi, où l’on médite sur les beautés de la vie.

 Accompagnez-moi dans ces magnifiques bourgs de Bourgogne. Venez découvrir ce grand axe de l’Europe qui vous mènera jusqu’à la Méditerranée, d’Auxerre à Beaune, fief du Chardonnay et de Dijon à Nuits St-George, fief du Pinot Noir.

 Depuis des siècles chaque «Climat» (ainsi nomme-t-on les parcelles de vignes en Bourgogne) est bénit des Dieux, sans doute à cause de ses labeurs martelés, d’hommes et de femmes qui produisaient, sans jamais s’y enivrer, ce vin des rois… ce vin de Dieu.

Depuis toujours, minutieusement à la main, puis dans certains secteurs à la machine à vendanger,  on a soigné la terre, soigné les ceps de vigne. À l’ère tertiaire, la terre s’est disloquée, laissant place aux coteaux cristallins et aux sols argileux calcaires donnant naissance au terroir spécifique bourguignon. 

 Ce sont les Celtes munis de petits arbustes,  six siècles avant notre ère qui ont créé les premiers vins des Côtes de Nuits et des Côtes de Beaune … puis le temps a passé, un temps à bâtir sa renommée. Les romains eux, se sont chargés de vendre et de propager les Rouges mythiques de Vienne et les Blancs boisés de Beaune. Le vin devenait offrande et monnaie d’échange. Les moines quant à eux ont forgé l’histoire de la Bourgogne… du moins celle viticole. Puis les rois ont fait main mise sur ce nectar des dieux. Nul n’a oublié les Ducs de Bourgogne qui firent de cette région… un état dans l’état et de ses vins «les meilleurs de la chrétienté».

 Passe le temps, passion éphémère, le vin lui demeure comme la vie. Comme le prouve les Hospices de Beaune créés pour soigner les pauvres en 1443. Les hospices qui accueillaient depuis plusieurs siècles malades et indigents en leur donnant des soins de santé. C’est par des dons sous forme de vignobles que les hospices ont fait fructifier un patrimoine de plus de 50 hectares de vignes. Ainsi, chaque troisième dimanche de novembre et ce, depuis 1859, des vins provenant de ces terroirs sont mis en vente aux enchères. Des acheteurs provenant des quatre coins du monde y assistent. Cette vente permet d’amasser des fonds pour l’entretien des «Hospices» et pour finances l’Hôpital de Beaune.

 Acheter une Cuvée des Hospices de Beaune, c’est prolonger l’histoire… c’est laisser parler son cœur et rendre au ciel ce qu’il nous donne chaque jour… la lumière, si intense dans  le cœur de chaque Bourguignons.