TEMPÉRATURE DE SERVICE

TEMPÉRATURE DE SERVICE

10408118_1421544628138116_6471677724347589853_n

Chroniques 20 Conseils

 Température de service

 Il fait chaud, limite insupportable. C’est ce que se disent tous les grands rouges du monde. Il faut boire, se désaltérer mais qu’est ce qu’on pourrait bien boire en cette canicule? Une bonne bière fraiche, un rosé sec, un blanc vif, un thé blanc ou un bon verre d’eau, tiré de la meilleur eau de source? Peu importe toutes les réponses, c’est selon nos goûts qui découlent souvent de notre culture et de nos gènes. C’est ce que comprirent, un jour, les participants du Paris Dakar qui venaient de se faire offrir par des bédouins du Sahara, un thé blanc froid complètement désaltérant. Tout comme, ce puisatier de Provence qui déposa à la fraîche des parois de son puit, son rosé des Coteaux ou ce montagnard des Alpes s’abreuvant  directement à la source naturelle d’une cascade.

 Au diable les règles et les théories de la dégustations. Il fait si chaud… en plus le vin dans votre verre va prendre 2°C, dès la deuxième minute de service. Alors, c’est clair l’important c’est bien la température de service de votre boisson préférée bien avant son origine, sa sorte ou même son potentiel de garde.

 Toutefois, pour apprécier tout les plaisirs de la dégustation de ces nectars préférés, il y a certaines choses à savoir. La théorie c’est souvent la première expression de la pratique. Regardons ici, les principales théories du service du vin. Dans d’autres chroniques nous étudierons les principes d’autres boissons (bières, etc.)

 Opter toujours pour un vin plus froid au détriment d’un vin trop chaud. Rappelez-vous que ce sont les extrêmes qui accentuent les défauts d’un vin.  Un vin servi trop froid sera austère tandis que le service d’un vin rouge trop chaud accentuera ses tannins.

 Le saviez-vous :

  • TEMPÉRATURE 6-8°C

Servez à ces températures tous : les effervescents, les blancs secs et vifs. On privilégie ces températures pour faire ressortir toute la vivacité et fraicheur de ces boissons.

  • TEMPÉRATURE 8-10°C

Servez à ces températures tous : les vins moelleux et liquoreux comme les  Sauternes, Loupiac, Barsac, Monbazillac et autres; aussi, les vendanges tardives et les rosés fruités (tels les Provence).

  • TEMPÉRATURE 10-12°C

Servez les meilleurs champagnes (millésimés). Tous les blancs de garde ainsi que les rosés plus soutenus ( tel : le Tavel). Servez aussi à ces températures les rouges plus légers (tel : le Beaujolais).

  • TEMPÉRATURE 14-16°C

Servez tous les vins rouges fruités ainsi que tous les vins mutés (tel : le Porto).

  • TEMPÉRATURE 16-18°C

Servez tous les autres vins rouges plus tanniques, plus complexes et plus copieux.

  • TEMPÉRATURE 20°C

Ne servez rien à cette température. Vous ne sentiriez que l’alcool. Pensez aux extrêmes qui dénaturent les caractéristiques d’un produit.

  • Sachez aussi, selon la théorie, qu’un réfrigérateur refroidit aliments et boissons à 4-6°C. Alors jouez avec les températures de services.

Ouf… il fait très, très, très chaud mais c’est pas parce que je viens de faire une escale dans la piscine qu’il faut que je fasse subir la même chose à mon vin… pas d’eau dans mon vin, ni de glaçons, ça le dénaturerait. Ma devise dans la vie, a toujours été de garder mon caractère afin de ne pas changer mes valeurs. Évoluer ou changer ? L’homme est comme le vin on l’apprécie quand on est face à ses qualités!

Pour refroidir mon enthousiasme, il me restera l’humilité… et pour vos vins, je vous propose de me suivre dans la capsule vidéo 20 Conseils Températures de services –pratique.

BERGERAC

BERGERAC

chateau-monbazillac CHÂTEAU DE MONBAZILLAC

Balade vinotouristique

Extrait du roman LE CERCLE DIVIN

Auteur Thierry Tougne

Bergerac

 

La grande région du sud-ouest de la France , maintenant appelé NOUVELLE AQUITAINE regroupe trois régions : L’AQUITAINE, MIDI-PYRÉNÉES et LE LANGUEDOC-ROUSSILLON. Elle est divisée en 18 départements. Voici les principaux que nous allons visiter ainsi que certaines grandes communes : Bergerac, le Lot et Garonne, le Lot, le Tarn et Garonne, le Tarn, le Gers et Madiran.

Autrefois cette région a servi de « bouche trou » aux vins de France dû à la proximité du vignoble bordelais et à son blocus envers « Les Vins du haut-pays » (ainsi était appelé les vins du sud-ouest de la France) . On n’accordait, à l’appellation Bergerac, guère de prestige face aux frères ennemis bordelais. Seulement, les choses ont changées depuis quelques décennies puisque les vins du sud-ouest se sont démarqués par leur qualité, leur personnalité et leur tarification raisonnable pour ne pas dire raisonnée. Les négociants qui visaient la quantité ont laissé place aux producteurs passionnés et professionnels tournés de plus en plus vers le bio et la biodynamie.

 Reprenons donc cette balade vinotouristique du sud-ouest avec l’appellation Bergerac, la plus près du vignoble bordelais. Non loin, à Issigeac, dans l’antre de la Dordogne, mes souvenirs vous guident vers les collines du Périgord à La Maison Forte, une demeure fortifiée datant du XIIIe siècle. Vous serez éblouis par cette bâtisse qui même restaurée demeure le premier bastion de ce village médiéval d’Issigeac. Un appartement, trois chambres, un studio forment désormais l’hôtellerie de la Maison Forte. Une table d’hôte agrémentée de produits locaux vous attends au marché dominical de la Cité médiévale.

 Il y a quelques années, les propriétaires Paul et Rainaud d’origine hollandaise faisait le pari de revitaliser le patrimoine de la région. Sur le bord de la piscine de la Maison Forte, entourée de lavande, écoutez-les vous raconter comment au moyen-âge, « Les Vins du haut-pays » réussirent à briser leur isolement commercial grâce à leur distribution aux  Pays-Bas. Vous aurez saisi alors pourquoi les vins de l’appellation Bergerac ont autant de panache.  

 Si vous voulez parier à votre tour, avoir autant de nez, faites une halte au Caveau du Cloître des Récollets. Le lieu abrite la Maison des Vins de Bergerac avec une animation toute spéciale sous forme de casino, avec roulettes et black jack vous faisant découvrir les produits locaux : vins, chocolats et fromages. Afin de décanter de vos découvertes allez vous assoir dans la cour du cloître et abreuvez-vous des vins bergeracois.

 Dans la vie, je pense qu’il ne faut pas passer à côté de l’essentiel et de l’indispensable. Hors si vous avez décidé de faire ce voyage c’est que vous avez opté pour l’essentiel : le bonheur! Maintenant laissez-moi vous offrir l’indispensable. Croyez-moi, on ne peut pas passer dans le sud-ouest sans s’arrêter au Château de Monbazillac. Véritable icône bergeracoise, le Château, classé monument historique depuis 1941 a marqué l’histoire par ses architectures médiévales et de style renaissance. Ce qui donne une des grandes valeurs à ce château, resté identique depuis le XVIIe siècle, à part quelques restaurations, c’est bien le terroir de Monbazillac. Tout comme à Barsac ou Sauternes c’est la pourriture noble qui assure encore, quatre siècles plus tard sa notoriété. Ce champignon microscopique qui transforme le grain de raisin en un résultat miraculeux : les sucres au service de ce liquoreux indispensable au bonheur.

 L’histoire du Château vous sera contée presque quotidiennement par les enfants ou petit-enfants des viticulteurs, qui en 1960, achetèrent le Château et en firent un coopérative fermière. Laissez-vous étourdir par ses salles d’exposition, ses ateliers pédagogiques, culturels et vinicoles sans oublier la visite des caves du vignoble et des dégustations des vins si précieux à Cyrano… le Bergerac.

 Il vous faudra quelques instants pour vous remettre de ces émotions. Allez donc vous installer à une terrasse du Château Hôtel du Golf des Vigiers situé au lieu-dit Monestier. Ensuite, pour parfaire votre voyage, allez séjourner au Château de Panisseau qui vous offrira, à part le gîte, un marché nocturne avec des producteurs locaux. Et pour goûter vraiment la table de Bergerac, rendez-vous à la Tour des Vents, un étoilé Michelin. Dépaysez vos papilles avec une cuisine traditionnelle et une carte des vins de plus de 300 items.

 Sur la plaine de Bergerac vous aurez saisi l’essentiel et emmagasiné les incontournables de cette typique appellation qu’est Bergerac. Dès lors, vous aurez compris le sens des mots qu’Edmond Rostand mis sur les lèvres de son Cyrano pour parler de son nez.

 « C’est un roc, c’est un pic…c’est un cap! Que dis-je c’est un cap? C’est une péninsule! » Mais ne parlait-il pas de sa région?

 Oh oui… le Monbazillac enivre mes souvenirs… quel nez que ce nectar!

Bonne visite et rendez-vous à notre prochaine étape : le Lot et Garonne.

LE TARN ET GARONNE

LE TARN ET GARONNE

tarn-garonne LE TARN – ET – GARONNE

Balade vinotouristique Sud-Ouest

maintenant appelé NOUVELLE AQUITAINE

 Extrait du roman LE CERCLE DIVIN

Auteur Thierry Tougne

Le Tarn et Garonne

 Jadis je me suis longtemps posé la question : n’y avait-il pas trop de mots pour poster ce message? Trouverais-je en moins de 140 caractères le SOS qui interpellera? Est-ce que chacun de mes mots sera assez frappant pour générer la performance… assez de clics pour faire le buzz? Aurais-je assez de caractère pour capter mon auditoire?

 Aujourd’hui je comprends que le message n’était pas dans la diffusion ni dans le twitt, mais dans la sincérité, dans l’écoute et dans le partage de l’information. Parce qu’aujourd’hui qu’il ne me reste que la mémoire et le souvenir, bien obligé de constater qu’il y a peu de followers pour m’aider à vivre, à survivre. Je vais donc tâcher d’ajouter quelque peu de caractères pour vous partager mes souvenirs et ainsi entretenir notre mémoire.

 Voilà un endroit parfait pour se ressourcer : le Tarn-et-Garonne, un département de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Il tire son nom surtout du fleuve qui le borde : la Garonne et de son affluent : le Tarn.

 Se promener dans ces lieux au milieu de ses grandes villes :Montauban (sa préfecture), Castelsarrasin (sous-préfecture) et Moissac (troisième plus grande ville du département) c’est apprendre à comprendre le Sud-Ouest à travers son histoire, sa culture et sa gastronomie. Certes ce département est l’un des plus petits de France, mais il est celui qui offre aussi l’une des plus grandes diversités dans ses paysages et ses reliefs. Sa position géographique et ses importants transports réalisés entre le monde ferroviaire et l’aéroport Toulouse-Blagnac font de cette région une plate-forme économique importante et prospère de l’hexagone. Citons simplement : le chasselas et la cerise de Moissac, des fruits qui font non seulement, la fierté de la région, mais qui occupent presque 40% de la surface consacrée à la culture du fruit. D’ailleurs en France on accorde à cette région d’être la «Capitale du fruit». Toute cette diversité s’applique aussi à l’économie du Tarn-et-Garonne qui attire grand nombre d’entreprises dans les domaines aéronautique, logistique, commerce et service. Voilà beaucoup de caractère pour cette région qui aspire à partager son histoire.

 Commençons notre ballade à Buzet. Parmi les quelques appellations que l’on retrouve dans le Tarn-et-Garonne, c’est sans doute l’une des plus typiques, riche de son terroir et marquée de son caractère.

Au Château de Padère et au Domaine de Lhiot, vous serez charmés par cette proposition des Vignerons du Buzet qui vous offrira de découvrir à travers deux circuits aménagés, les sols, le travail de la vigne et des dégustations des vins, le plus couru de Buzet.

 Un peu plus loin, à Agen (capitale du pruneau) allez rencontrer Vincent qui a créé un bar à vin avec spécialité tapas. Vous le trouverez sur le marché public d’Agen. Ainsi que dans d’autres régions, en Charente-Maritime (Royan) et dans le Lot-et-Garonne (Nérac). Aux abords de son kiosque, on vit un moment convivial où l’on prend le temps d’échanger en dégustant : charcuteries, fromages et autres spécialités régionales accompagnées d’une carte des vins très riche (plus de 150 produits).

 Prolongez vos découvertes du Tarn-et-Garonne jusqu’à «Dans le Noir de Donzac». Là les Vignerons du Brulhois vous partageront les secrets de leurs vins à travers divers évènements : Le Printemps du Brulhois où la Coop locale vous propose une dégustation dans le noir. Les vignerons du Brulhois partenaires de l’association Agenaise de malvoyants «voir ensemble» font déguster à l’aveugle cinq vins locaux accompagnés de viandes et fruits. La particularité de cet évènement c’est qu’on aura placé le lieu de la dégustation complètement dans le noir. Ensuite un peu plus tard en saison, rendez-vous aux Soirées Gourmandes de Donzac et Goulens marquées par un évènement rassembleur et partageur : «le Trail de la Saint-Valentin». Plusieurs circuits que l’on fait en courant ou en marchant autour d’un seul but : faire le lien entre les départements du Tarn-et-Garonne et du Lot et Garonne. Pour sceller les amitiés, on remet à chaque participant une bouteille de Grain d’Amour (rosé mondialement connu). Voilà un évènement de caractère qui marque son appartenance au patrimoine.

 Votre voyage vous amènera à Astaffort, village de l’illustre Francis Cabrel. Afin de profiter du charme des collines et du vignoble Brulhois, je vous invite à prendre place dans la 2cv de Nicolas, ce passionné de vieilles voitures, de vin et propriétaire de l’Auberge du Bulhois. Marie-Dominique et Nicolas vous feront découvrir leur auberge classée Maitre Restaurateur et Logis Bacchus. Les aubergistes vous proposent cuisine avec produits locaux et une carte des vins riche, complexe et typique, six chambres à votre service et des soirées dégustation pour vous divertir. À Astaffort, il n’y a pas que la musique qui nous imprègne, mais aussi le terroir.,

 Place, maintenant, à un endroit marquant du Tarn-et-Garonne. À Mézin vous découvrirez un musée dédié à l’histoire du bouchon de liège, créé en 1983 et nommé Musée de France en 2006. Le Musé de Mézin relate non seulement son histoire depuis sa création au XVIIIe siècle jusqu’à votre visite, mais aussi toutes ses avancées techniques. À Mézin le Musée c’est une histoire de caractère et de famille. En 1906 il y avait 2700 habitants au village et 1500 de ces âmes travaillaient pour de grands bouchonniers. Chaque semaine avec foi et conviction, les habitants du village de Mézin fabriquaient 5 millions de bouchons. En parcourant le Musée, vous serez attirés par ses vieux outils, ses photos et ses témoignages d’époque qui rendent chaque mézinais et mézinaise , fier et fidèle à leur histoire et à leur âme : le bouchon de Mézin.

 S’il vous manque encore quelques bonnes adresses pour enrichir votre ballade dans le Tarn-et-Garonne

– Pour déguster, rendez-vous au «Fest’ABuzet» en collaboration avec l’office du tourisme du Val d’Albret, le festival vous offre : ballade dans les vignes et initiation à la dégustation, jeux pour enfants (fabrication de bouchons et jeux anciens régionaux) et repas sur place de produits régionaux.

 – Pour bien manger, rendez-vous à Sérignac-sur-Garonne chez «le Prince Noir». Vieux manoir du XVIIe siècle où on a créé un restaurant labellisé «Maitre Restaurateur». Au menu : produits locaux et carte des vins surprenante. Plus de 70 vins provenant en grande partie du Sud-Ouest. Le manoir offre des chambres classées à des prix abordables. Par cette piscine pour compléter.

 – Pour bien vous reposer, à Nérac rendez-vous au «Au Gîte Le Micouleau» un endroit familial avec une vue imprenable sur la campagne d’Albret. Pierre et Maryse, les propriétaires viticulteurs de Buzet vous partageront les charmes de leur typique maison de pierres. Pour vous, 4 chambres, piscine et dégustations de leurs vins pour vous ravir.

 Voilà, certes j’ai dépassé les 140 caractères… et ce ne sera donc pas le prochain TWITT de l’été, mais si vous avez lu jusqu’ici, vous aurez découvert qu’au-delà des caractères se cachait toutes les particularités de ce département du Sud-Ouest : Le Tarn et Garonne.

LE GERS

LE GERS

HAUTEVILLE Auch

HAUTEVILLE Auch

Balade vinotouristique Sud-Ouest

maintenant appelé NOUVELLE AQUITAINE

 Extrait du roman LE CERCLE DIVIN

Auteur Thierry Tougne

Le Gers

 Qui m’aurait dit qu’aujourd’hui je serais si près de tout par ce seul voyage qui ramène à l’essentiel : la mémoire, on ne prend presque plus le temps de prendre le temps, trop occupé à lui courir après et toutes les raisons sont bonnes : le travail, l’argent et la performance. Parfois on a besoin, à travers les antidépresseurs, de se vider la tête, de se ressourcer alors on part à l’autre bout du monde pour se rapprocher de soi.

 Je me souviens de ces ballades dans ce département français au milieu du Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. De ces parties de pêches sur cette rivière qui donna son nom à ce coin de pays : le Gers. Difficile de ne pas me rappeler ces paysages vallonnés aux portes de mes Hautes-Pyrénées natales. J’ai bien en mémoire encore les Auch, Condom, Mirande et Cologne, ces villes principales du Gers qui m’accueillirent. Mais voilà, en ces temps-là, je courais derrière le temps et je n’ai pas su vivre tous ces instants-là, pas su profiter de la formidable hospitalité des Gersois.

 Le Gers c’est le fief de la Gascogne, le pays de d’Artagnan, le bon vivre et le… mium mium… le bon manger. Oui c’est le foie gras, le confit de canard et le Pastis gascon (ce succulent dessert feuilleté aux pommes nappé d’Armagnac). N’en déplaise aux végétariens, végétaliens ou aux autres anti-avant : ceci est notre culture. Profitons-en donc encore une dernière fois… promis demain on fait attention à nos artères, nos foies et nos animaux. S’il faut bannir de nos vies ce patrimoine culinaire gersois, faut-il oublier aussi les Bastides de Castelnaux et Cologne, la Cathédrale d’Auch et la ville fortifiée de Lectoure, véritables emblèmes culturels et historiques du Gers?

 Allez visiter le Gers et ramenez-moi ce temps que je n’ai pas su prendre. Venez me raconter le Gers.

 Commencez donc votre balade à Noulens, au Domaine de Maubet. Découvrez comment ce vignoble familial travaille ses vins. De formidables Côtes-de-Gascogne bien équilibrées grâce à son cépage de caractère : le Gros Marseng. Mais surtout «vous tomberez en amour» comme on dit au Québec avec leur Armagnac. Tout y est moderne, de la culture de type développement durable avec ses pièges à insectes et ses ruches jusqu’aux bouteilles cognaçaises qui reçoivent les liquides. Vous pourrez vous promener dans la vigne et Nadège et son frère, Sylvain, les dynamiques propriétaires vous offriront le gîte pour 10 personnes (5 chambres) avec vue sur les vignes pour terminer votre séjour au Domaine de Maubet.

 Vous devriez ensuite prendre rendez-vous avec Plaimont Producteur, à Sarragachies. Et ne vous rendez pas là sans être attendus vous risqueriez de vous river le nez, car c’est un endroit spécial classé monument historique. Figurez-vous qu’on a replanté à cet endroit 600 ceps de vigne et qu’on y travaille comme avant l’époque du phylloxéra (puceron qui a ravagé la vigne en 1870). Vous serez estomaqués de voir comment avec «l’autre fois» on peut faire briller la typicité des vins de Saint-Mont.

 Maintenant que vous aurez compris toutes les subtilités de cette appellation Saint-Mont, pourquoi ne pas vous rendre à un endroit mythique du village : le Château Sabazan. Saviez-vous que c’était l’endroit favori du roi Henri IV pour ses chasses? Depuis une vingtaine d’année, c’est la Coop de Saint-Mont qui gère le Château. L’encépagement est composé de 80% du cépage le plus caractéristique du Sud-Ouest : le Tannat. Allez suivre les traces d’Henri IV dans les bois à travers les deux sentiers pédestres qu’a aménagé la Coop et je vous le promets vous vous sentirez tout aussi majestueux que ces arbres et ses bosquets merveilleusement fleuris. Et si vous avez peur d’avoir manqué quelque chose du Château Sabazan, si le temps vous presse, bien rendez-vous au sommet du clocher de l’Église vous vous rendrez compte en un instant du panorama du vignoble de Saint-Mont.

 En haut de l’église si vous avez poussé votre regard au-delà des yeux, au creux de votre âme, vous devinerez l’essence même du Gers : l’Armagnac et le Floc de Gascogne. Le Vignoble Lesgourgues est une des maisons les plus imposantes d’Armagnac : 120 ha en un seul tenant. Le Château détient 70 millésimes, notamment l’extraordinaire Intemporel no 5, un Armagnac hors d’âge résultant de 30 eaux de vies issues du cépage Baco (tiens tiens un cépage utilisé au Québec) une boisson exotique rappelant les fruits secs. La Maison de Bas-Armgnac est aussi très impliquée socialement et culturellement. Vous pourrez découvrir outre les sculptures agrémentant le parc du Château, une chapelle au cœur du lieu et un musée de vieux outils viticoles et agricoles. Prenez le temps de visiter la distillerie, les chais de vieillissement, mais surtout «peuchère» (tiens un peu de patois du sud-ouest) dégustez les : Flocs de Gascogne et Armagnac de Laubade.

 Pour bien manger dans le Gers :

  • La Baquère: village Préneron
    • Auberge de campagne avec cuisine régionale et une carte des vins fournie de quelques 60 vins, uniquement du sud-ouest.

Pour bien se reposer dans le Gers :

  • Gîte Ligardes: village Sorbets
    • Un endroit familial pour 6 personnes avec piscine. Vue panoramique sur les Pyrénées.
  • Monastère de Saint-Mont
    • 10 chambres meublées à l’ancienne avec piscine et vue sur la campagne de Saint-Mont.

 

Voilà maintenant que vous avez nourri votre mémoire de tous ces souvenirs du Gers, j’espère que vous trouverez un peu de temps pour venir me les partager, car on n’est jamais si près de soi que loin de chez soi!

 Prochaine visite : le Bordelais